Grand National

Grand National à huis clos

Les années se suivent et se ressemblent à Saumur. Une sortir d’hiver dans une saison qu’on espère olympique, une entrée dans l’épidémie…. peu de partants et au classement provisoire les mêmes dans le même ordre ou presque. Le dressage  (je ne l’ai vu qu’en vidéo) a créé une hiérarchie sans surprise avec des prestations mettant l’accent sur la propulsion, parfois au détriment  de l’engament et de l’amplitude du mouvement. De bien belles choses tout de mêmes avec les papys noir et or, qui progressent encore notamment au galop  pour le Qing du colonel qui s’imposait  devant les juges. Comme l’année dernière il perdait son leadership au CSO pour une barre. Là c’était un « petit cul » sur l’entrée de l’ultime ligne. Ce CSO sur la carrière du Pôle France a douché pas mal d’espoirs et heureusement que le chrono prévu serré était en fait très confortable. Seuls 4 couples ont décroché le sans faute. Elles étaient bien courtes les 5 foulées à l’abord de cette palanque. Comme l’année dernière c’est Birmane qui profite de l’occasion pour se glisser en tête. Si l’année dernière elle avait laissé la première à Absolut Gold après le cross. Ce ne sera peut-être pas le cas cette année car Nico Touzaint (désormais en équipe avec la jeune Eloise Le Guern) n’est que 6ème. Eux qui avaient réussi à dépasser les 70% au dressage sortaient du CSO à 4 points. Plus ça dresse, moins ça saute, un constat qui s’imposait aussi à Astier/Babylon sortis du top 5 par deux obstacles à terre. Carlile, Valette, Six donc au provisoire, au-dessus du lot pour le moment. De quoi prendre un petit verre de saké prémonitoire en attendant un cross qui ne devrait pas bouleverser les choses. Là encore le chrono est prévu au plus juste mais il y a de belles opportunités de galopade. Les plus aguerris ne devraient pas se laisser prendre par la nombreuse opportunité de dérapage et autres petits pièges de gestion de l’équilibre en  descente. Il y a quelques configurations innovantes mais la plupart ont été testée très récemment en stage. Après l’élimination de Gwendolen / Tramprinz (probablement une douleur dorsale pour le beau noir), ils ne sont plus que 26 en lice… c’est peu pour ceux qui se souviennent des rentrées à Tartas avec plus du double de partants… mais c’est toujours plus abondant que les spectateurs.

Finale à Lamotte

Un complet ça se perd sur le CSO. Rarement l’adage n’aurait été aussi vrai. L’ultime test avec seulement trois sans faute dont aucun dans les 7 premiers du classement provisoire a douché bien des ambitions. Marie Charlotte avait un refus d’avance. Sillas a mangé son joker en s’arrêtant sur ce  gros oxer en fin de ligne où les chevaux se reculaient beaucoup. Une barre de plus et adieu la victoire. Même Punch de l’Esques, la machine à sans faute de Karim, n’a pas réussi le score vierge. Au passage on apprécie la bascule à 0,4 pts de pénalité par seconde dépassé.
Au final la victoire est revenue et c’est une première à Camille Lejeune avec Uster de Chasnay que Maud Gonzales lui a confié depuis la saison dernière. Début en Fanfare donc pour cette seconde écurie Forestier  souligné par la  4ème place de Clara Loiseau / Wont Wait.

Le Lion, deuxième acte

Le tour n’était pas sorcier mais Gwendolen a pris un refus avec un Romantic Love à nouveau pris de vertige, cette fois sur l’entrée du gué. Le chrono  a lui aussi fait son œuvre. Même si la moitié des partants est maxi, une seconde par ci par là a rebattu les cartes d’un classement très serré. Thibaut Fournier avec 4 s de trop descendait d’une place au profit de Maxime / Opium et ce dernier avec de secondes de temps dépassé laisse la tête du provisoire au local de l’étape avec VInka’s. Rien n’est joué, les 8 premiers sont dans la même barre. Idem dans la Pro 1 où c’est provisoirement Victor Levecque qui tient la corde avec RNH Mc Ustinov. 

Pompadour, le final

Ils étaient 30 à participer à l’ultime étape, 8 ont été sans faute sur le tour concocté par Thierry Pomel. Karim et Entebbe n’ont pas tremblé et ont réussi à conserver la tête acquise au dressage. 10 ans que le champion olympique attendait ça. Belle bataille d’étalons dans laquelle Upsilon a du s’incliner. Belle performance de Maxime Livio qui place ses deux chevaux  aux 3ème et 4ème places avant de s’envoler pour le Kentucky. Gwendolen Fer réussit un beau concours, elle aussi avec ses deux chevaux dans le top ten. Elle n’en reste pas moins déçue puisqu’elle laissait passer le podium après deux barres. En guise de consolation, son écurie confirme sa domination dans le classement du Grand National, renforcée par la victoire de Julie Simonet chez les As Jeunes Elite. Dans la Pro 1 c’est finalement Cadeau du Roi qui a pris l’avantage.

Pompadour, le cross

Il s’en est produit des incidents sur les cross de Pompadour. La Pro Elite a vu 5 couples jeter l’éponge et 9 à 20 points où plus. Il fallait mieux rajouter des foulées dans les combinaiosns pour ne pas dérailler. Comme pressenti, le maxi de 5’48’’ fut difficile et seul Karim et Entebbe y sont parvenus confortant leur leadership. Gwendolen et Tom ex-aequo au dressage se sont départagés au profit de la cavalière de Romantic Love qui ne concédait que deux secondes tandis que le gris époustouflant de rectitude en perdait 10. Le vainqueur de Saumur est désormais à plus d’une barre de la tête. L’écurie Antares / Horselot tient donc la pole position. Notons que Maxime ne devrait pas être loin du podium avec ses deux cartouches groupées en 5ème et 6ème place. La pro 1 est quant à elle solidement défendue par Aurélie Gomez. Verdict ce dimanche... et n'oubliez pas de voter (bien de préférence).

Subscribe to RSS - Grand National