Maxime Livio

Le retour de Livio

Aujourd’hui 6 novembre, la suspension de Maxime Livio est définitivement levée. C’est donc une triste page de l’histoire de ce sport qui se tourne. L’épisode aura provoqué sont lots de dégâts mais ils vont s’effacer avec le temps.  La France a reconquis sa qualification olympique et Maxime saura rebondir avec le talent qu’on lui connait. Déjà, il annonce sa participation au Pouget. Finalement la principale victime dans cette affaire aura été la vérité puisque qu’on ne saura très probablement jamais ce qu’il s’est réellement produit. 

La FEI rend enfin son avis

Le verdict est tombé. Il faisait peu de doute mais entre s’y attendre et avoir la confirmation officielle il y a un gouffre qui commençait à rendre nerveux les membres du staff. Qalao des Mers et l’équipe dont il était membre sont disqualifiés des JEM de Normandie. La cinquième place de Maxime et la quatrième de l’équipe sont effacées. La décision du tribunal de la FEI suit à la lettre le règlement. Il pouvait difficilement en être autrement. Les sanctions à l’encontre du cavalier seront prises à un stade ultérieur de la procédure. En conséquence, le Canada devient qualifié pour les JO de Rio et les bleus devront retenter leur chance à Blair Castle.

Livio dans la tourmente

Une seconde affaire rattrape Maxime Livio. Alors que l'affaire des JEM reste en cours, il est suspendu pour avoir monté un cheval positif à la testostérone lors du CSI1*W de Pattaya lors de son séjour en Thaïlande en novembre dernier. La suspension est effective depuis le 16/02 et la durée est indéterminée. Maxime n’avait pas été suspendu après les JEM, ce qui ne faisait pas de lui un innocent. Il est suspendu cette fois ci, ce qui ne fait pas de lui un coupable. La différence de procédure tient au produit retrouvé : une médication contrôlée dans le premier cas, une substance bannie dans l’autre. Nous sommes donc sur une décision provisoire au cours de laquelle il y aura une audience préliminaire. Il sera possible de réclamer l’analyse d’un échantillon B. A l’issue on se retrouvera dans la même situation pour les deux affaires où après une longue gestation, une sanction administrative (entre un et deux ans à pied) sera proposée au cavalier. S’il la refuse un tribunal fédéral international sera constitué. Bref on est parti pour longtemps. Il est plus que probable que le FFE s’aligne sur la décision de la FEI. D’ailleurs Maxime a disparu des listings d’engagés à Tartas où il avait prévu un retour en force notamment de Cathar. Tout cela fait désordre. J’avais conclu un précédent article en disant : « A qui profite le crime ? ». Thierry Touzaint m’avait répondu : « En tous cas pas au complet français… »

Beau Final à Saumur

Si on ne parle que de concours complet, le 25 avril aura été une très belle journée pour la France. Sur les deux podiums Saumurois, une seule marche a échappé aux bleus : celle prise par Andrew Hoy entre Thomas Carlile et Didier Dhennin dans le CIC**. Dans le 3* donc c’est pour la première fois de l’histoire qu’un podium est 100 % Français. Nos cavaliers représentent 1/3 des classés à l’issue d’un CSO qui a pénalisé 34 des 42 concurrents encore en lice.  Après la triste éviction de Propriano  de l’Ebat, Maxime Livio et Qalao des Mers partaient en dernier pour la victoire. Ils avaient une barre d’avance et ont assuré le sans faute malgré un sursit sur le très fautif bidet. Donatien Schauly et Cadiz, Thibaut Valette et Quing du Briot, Karim Laghouag et Entebbe de Hus également sans faute suivent au classement. Certes les meilleurs n’étaient pas à Saumur mais cela prouvent que les autres nations jouent l’économie quand les Français sont sur tous les fronts et de très belle manière depuis le début de la saison. Principal enseignement Saumurois en vue des JEM : Donatien et Cadiz seront de la partie, Thierry Touzaint ne s’en cache quasiment plus. Pour le reste c’est encore ouvert… et peut-être étonnant.

Subscribe to RSS - Maxime Livio