Les articles

Onglets principaux

Des réactions après le report des JO

Communiqué FFE
Serge Lecomte, président de la FFE
 : « Les conditions n’étaient pas réunies pour une préparation normale dans des conditions de sécurité sanitaire et de sérénité sportive centrée sur la performance. La décision de report s’imposait, ce qui était demandé par la plupart des fédérations participantes et de tout le monde sportif du haut niveau. Pour l’heure, il faut que chacun fasse les efforts nécessaires pour enrayer cette épidémie afin que l’on puisse à nouveau se consacrer à nos missions.
Ce report rebat complètement les cartes et ouvre des perspectives olympiques à de nombreux cavaliers qui n’étaient pas en mesure d’être sélectionnés pour cet été. C’est l’occasion de mobiliser les Groupes 1 et 2 de nos 4 disciplines olympiques et paralympique. J’espère que chacun saisira ce côté positif du report. Les Jeux olympiques et paralympiques réunissent de multiples motivations et la fédération accompagnera les propriétaires, les cavaliers et l’équipe technique afin d’utiliser ce répit pour être au top en 2021. Pensons à gérer au mieux cet épisode pour le bien-être de tous et pour mieux rebondir à l’issue de cette pandémie qui désorganise notre société pour les mois à venir.»

S’agissant des conséquences du report des J.O. pour la FFE, Serge Lecomte ajoute : « Il faut regarder devant et préparer l’après confinement. Nous allons rapidement mettre au point un nouveau programme qui doit nous permettre de parfaire notre préparation. Seize mois de report doivent nous être favorables pour mieux préparer les nombreux autres chevaux et cavaliers susceptibles d’être au meilleur niveau en 2021. Pour organiser cela, nous sommes dans l’attente des nouvelles règles qui ne manqueront pas d’accompagner ce report.»
Sophie Dubourg, Directrice Technique Nationale : « Ce n'est que partie remise ! La France conserve sa qualification par équipe dans les trois disciplines olympiques ainsi qu'en para-dressage puisque nous avons obtenu l'accord de la commission bipartite. Nous allons continuer tout ce qui a été mis en place avec les athlètes, propriétaires de chevaux et le staff pour arriver prêts en 2021. A ce stade, l'intégralité des contours de ce report ne sont pas clairement définis. Nous sommes en lien étroit avec le CNOSF, le CPSF et la FEI afin de réorienter au mieux notre organisation vers 2021. Nous communiquerons ultérieurement sur le nouveau dispositif. Le plus important d'ici là, c’est de rester en bonne santé, et de rester chez vous ! »
Thierry Touzaint, sélectionneur national de l’équipe de France de concours complet : « C'est une grande frustration car on avait des chevaux performants, on pouvait défendre notre titre avec de bonnes ambitions. C'est dommage pour le sport mais la priorité va à la santé publique. Ce report va profiter à certains et moins à d'autres. Cela va surement changer un peu la sélection. Je trouve dommage de ne pas avoir d'événement phare cette année. Concernant les qualifications des couples je ne sais pas ce que va décider la FEI. Cela va dépendre de la reprise des compétitions internationales j'imagine. Le plus dur est de ne pas avoir de visibilité et de ne pas savoir quand le sport va reprendre sans mettre les gens en danger. Mais bien avant le sport, ce qui est important, c'est de respecter les consignes sanitaires pour que le confinement dure le moins longtemps possible pour tout le monde. On pense à nos familles, nos proches, et à ceux qui sont touchés par cette pandémie. Pour le sport on a seulement hâte que ça redémarre ! »
Astier Nicolas, vice-champion olympique individuel : « C'est une décision raisonnable. Ce sont les JO de tous les sports, pas seulement de l'équitation. Tout le monde a une saison très tronquée. Certains athlètes étaient bien plus gênés que nous pour la préparation de ces Jeux. C'est malheureux mais ça me semble normal que ce soit reporté. Au-delà de la première frustration on doit prendre ça avec philosophie pour réussir à se réorganiser pour la saison prochaine. Ce report va, je l'espère, permettre de produire un beau spectacle et un beau sport. »
Karim Laghouag : « C’est une triste nouvelle parce qu’on se prépare depuis 4 ans, mais c’est une bonne et sage décision que de reporter ces Jeux de Tokyo. Les chevaux auraient manqué de concours pour faire des performances à la hauteur de celles attendues aux JO. Les Jeux ne se préparent pas comme une compétition classique. Ils nécessitent des chevaux affûtés et des cavaliers bien préparés. Ce report va nous permettre de retravailler les chevaux et terminer cette saison atypique. Et puisqu’il faut toujours rester positif, nous serons les rares champions olympiques à avoir conservé notre titre pendant 5 ans (rires). »
Thibaut Vallette : « C'est sans doute la décision qu'il fallait prendre, cependant ça modifie tout pour la préparation, mais c'est le sport. Qing est en pleine forme, depuis trois ans il continue encore de progresser et d'améliorer ses notes en dressage. Il reviendra encore plus fort l'année prochaine. »
Mathieu Lemoine : « C'est une évidence, la santé prime avant toute compétition sportive. C'était indispensable tant vis à vis des spectateurs qui auraient fait le déplacement que pour garantir la santé des athlètes hébergés au sein du village olympique. Sportivement, c'est toujours triste comme nouvelle car les JO, c'est vraiment la fête du sport. Néanmoins, ils sont seulement reportés et pas annulés, c'est un moindre mal. Cela remet en question beaucoup de choses, pour les chevaux et les athlètes. Cela peut laisser du temps de plus pour préparer les chevaux, d'autres vont devoir rester au niveau une année de plus s'ils veulent espérer une sélection... C'est une période pas évidente dans la vie d'un sportif. On a déjà beaucoup de questions en tête, qu'en sera-t-il des règles de qualifications pour l'année prochaine ? Certaines modifications règlementaires doivent entrer en vigueur, ça peut aussi bouleverser pas mal de choses au niveau des sports équestres. Enfin cela pose des questions de calendrier pour les prochains championnats, je pense notamment aux championnats d’Europe 2021 qui doivent être organisés en France au Haras du Pin. On a la chance de pouvoir se dire qu'on sera champions olympiques en titre un an de plus, c'est le bon côté des choses. »

Communiqué commun du Comité International Olympique et du comité d'organisation de Tokyo 2020

La propagation sans précédent et imprévisible de l'épidémie entraîne une  détérioration de la situation dans le reste du monde. Hier, le directeur général de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS), Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré que la pandémie de COVID-19 s'accélérait. Plus de 375 000 cas sont  actuellement enregistrés à l'échelle mondiale, presque tous les pays étant touchés, et leur nombre augmente d'heure en heure.
Dans la conjoncture actuelle et sur la base des informations transmises par l'OMS aujourd'hui, le président du CIO et le premier ministre japonais sont arrivés à la conclusion qu'afin de préserver la santé des athlètes, de toutes les personnes associées à la préparation des Jeux Olympiques et des membres de la communauté internationale, les Jeux de la XXXIIe Olympiade à Tokyo devaient être reprogrammés après 2020 mais au plus tard à l'été 2021.
Comme l'ont reconnu les dirigeants, les Jeux Olympiques à Tokyo pourraient être un signe d'espoir pour la planète en ces temps difficiles et la flamme olympique la lumière au bout du tunnel dans lequel le monde se trouve à l'heure actuelle. Aussi a-t-il été décidé que la flamme olympique resterait au Japon. Il a également été convenu que le nom des Jeux ne changerait pas et serait toujours : Jeux Olympiques et Paralympiques de Tokyo 2020.

Sophie Dubourg : « La préparation olympique se poursuit dans l’attente d’une décision du CIO »

Communiqué fédéral : Dans ce climat difficile de pandémie de Covid-19, les équipes de la Fédération Française d’Equitation se mobilisent chaque jour pour conseiller, soutenir et assister les pratiquants et l’ensemble les acteurs du monde du cheval pour lesquels les activités équestres sont fortement impactées.
Comme dans tous les autres sports, le sport équestre de haut niveau n’est pas épargné et voit le calendrier international de compétitions fondre au gré des annulations de concours qui, pour certains, allaient servir d’étapes préparatoires aux équipes de France en vue des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo. Le point sur la situation avec Sophie Dubourg, directrice technique nationale (DTN) à la Fédération Française d’Equitation.
Un programme de compétitions bousculé
« Les organisateurs de compétitions internationales annulent au fur et à mesure leurs concours à cause du Coronavirus. Pour le moment, nous n’avons pas de visibilité et nous ne savons pas à quelle date nous pourrons reprendre la saison internationale. S’agissant des concours nationaux, comme les championnats de France, ils sont susceptibles d’être reportés à la mi-septembre si les déplacements de chevaux et de cavaliers restent interdits.
L’entrainement se poursuit
L’équipe fédérale d’encadrement et les cavaliers sont évidemment en confinement et respectent la réglementation imposée par le gouvernement. Nos cavaliers de haut niveau ont la chance de pouvoir continuer leur préparation individuellement, car pour la grande majorité, ils sont installés dans des structures privées adaptées. Nos cavaliers vivent la plupart du temps en vase clos chez eux, ils ne se regroupent finalement qu’en compétition. Leurs infrastructures permettent de se préserver et de travailler en toute sécurité. Cette difficulté de confinement touche plutôt ceux qui utilisent ou occupent des établissements publics, qui sont actuellement fermés et pour lesquels la FFE propose des mesures spécifiques.
Un accompagnement de la FFE pour ses athlètes
Bien entendu, nous suivons tous l’évolution du virus, les décisions du gouvernement et les modalités ministérielles que nous appliquons. Parallèlement, nous proposons des mesures d’accompagnement à nos cavaliers comme par exemple la mise à disposition d’Equivisio, un équipement audio-vidéo 4G comprenant une caméra rotative, un clavier numérique de commandes et oreillettes, pour se connecter à distance, en temps réel, avec les coachs pendant leurs entrainements. Actuellement, nous les suivons quotidiennement et recensons leurs besoins par discipline, pour qu’ils puissent préparer l’échéance olympique dans les meilleures conditions physiques et psychologiques possibles.
En concours complet, ces 15 jours de confinement ne génèrent aucun retard dans la préparation olympique puisque les stages FFE ont déjà eu lieu et les chevaux ont récemment couru le Grand national de Saumur. Cette quinzaine leur permet de souffler et de reprendre normalement le travail à la maison. (à lire dans la suite)

Badminton annulé !

Après le retrait du 5* du Kentucky, c’est au tour de la mythique classique anglaise de jeter l’éponge. Dans son histoire ce sont essentiellement des conditions climatiques qui ont eu raison Badminton (1966, 1975, 1987 et 2012). 2001 a été première annulation pour raison sanitaire à cause de la fièvre aphteuse. Après un stupéfiant retard à l’allumage du gouvernement britannique, les « emergency services » viennent de prendre les mesures empêchant la bonne tenue de l’évènement. C’est triste mais finalement on aimerait bien que 2020 ne soit une année noir que pour notre sport.

Communiqué du CIO

Le Comité International Olympique (CIO) a poursuivi aujourd’hui ses consultations avec toutes les parties prenantes des Jeux Olympiques de Tokyo 2020. Les premières ont eu lieu avec les Fédérations Internationales des sports olympiques d’été. Celles avec les Comités Nationaux Olympiques (CNO), les représentants des athlètes, le Comité International Paralympique (IPC), d’autres Fédérations Internationales (FI) et d’autres parties prenantes suivront dans les prochains jours. Le présent communiqué* énonce les principes établis par la commission exécutive du CIO ainsi que leur mise en œuvre en coopération avec toutes les parties prenantes concernées. Le CIO continuera d’agir comme une organisation responsable et, dans ce contexte, il demande à tous ses partenaires, dans le cadre de leurs attributions respectives, de tout faire pour contribuer à endiguer le virus. (lire dans la suite)

Les dégats du Corona

Première victime du corona virus mais hélas la liste va s'allonger, l'ERM 2020 est annulée. Les concours de Burnham Market, Chatsworth, Arville et Jardy restent pour le moment au calendrier mais ne sont donc plus support de l'ERM.
Aucun concours n'est désormais à l'abri. Même si la flamme olympique a été allumée hier, des scénarios de report des JO à l'année prochaine sont désormais envisagés.
Pour les épreuves nationales des mesures restrictives sont appliquées. 
https://www.ffe.com/compet/Covid-19-mesures-en-vigueur-au-10-03-2020

Interview de Thierry Touzaint

Avec le neveu, le selectionneur qui nous livre en exclusivité son analyse de fin de cette première étape saumuroise.

Interview de Nicolas Touzaint

Interview de Nico qui a tout raflé ce wwek-end à Saumur.

Reco

Les combinaisons du cross du Grand National de Saumur. 
 

Saumur GN

Qu’elle est dure cette reprise olympique ! Succession d’épaules en dedans et d’appuyers au trot, zig-zig au galop et une diagonale avec deux changements de pieds après le passage du coin à faux qui en a déstabilisé plus d’un. A ce petit jeu Qing a été le roi les juges en ont été d’accord à plus de 77%. Il était suivi de Bakar de l’Océan, vous savez le cheval champion des 7 ans mais non qualifié pour le Lion en 2018. Très à l’aise dans cet exercice et bougeant très bien le partenaire de Louis Seychal coiffait au poteau des couples bien plus capés. Tom Carlile complétait le trio de tête après une reprise sans fausse note et très rythmée de Birmane. 10 couple au-dessus des 70% mais beaucoup en défense, contractions, jusqu’à la rébellion pour certains. Le CSO sur la carrière du pôle France ne dépaysa personne mais le chrono serre et quelques fautes, notamment sur la ligne en 5 foulées entre le n°4 et le n°5 en ont cueilli quelques-uns. Cinq couples sur les 35 partants ont gardé leur score de dressage dont Karim avec ses deux chevaux. Les deux premiers devant les juges avec une barre chacun rétrogradaient second et quatrième au profit de Birmane qui ne perdait que 4 secondes. Quoriano et son cavaliers très en forme rajoute une seconde touche de noir sur le podium provisoire. Parmi les couples en vue on notera Aisprit de la Loge qui a fait une belle reprise mais qui a complètement raté son premier changement de pied il remonte 6ème avec un tour sonore mais sans faute. Il devance Aboslut Gold encore moins inspiré au dressage mais plus à l’aise sur les barres. Déception pour Totem de Brecey moins dans la propulsion que d’habitude sur le dressage et un 4 points sur le vertical n°2 du CSO.  Coup de chapeau pour finir à l’inoxydable Jean Teulère qui fêtait ses 66 ans la semaine dernière et qui monte trois chevaux ! Le cross de dimanche est similaire à celui d’il y a deux ans. Les 8 enchainements vont crescendo donnant une impression de facilité que vont sans doute démentir quelques incidents en fin de tour.

Pages