Les articles

Onglets principaux

God save the Queen chez Henri IV

Un classement aussi beau que logique pour cette 30eme édition de l’international palois. Comme l’a dit Alexis Goury, 7ème du classement pour la seconde fois, il y avait 2 équipes olympiques anglaises engagées. Laure Collett a tenu la tête avec un London 52 dont on n’a pas fini d’en entendre parler. Idem pour le partenaire de Piggy March (French)… C’est le retour en fanfare des anglaises. Tim Price qui a bien couru avec ses 3 chevaux accroche le podium avec son vieux chouchou. Malgré les déboires dans le camp tricolore on ne peut que se féliciter des résultats d’Alexis et Maxime, qui restent de très belle façon avec leur score de dressage et terminent respectivement 7 et 8ème de ce beau plateau.

Tous ont salué le courage et l’efficacité de l’organisation dans laquelle tout le monde, sportifs, exposants, public, …, a trouvé son compte.

 

Coup de théâtre palois

Pas de bol. A l’approche de la dernière inspection des chevaux on apprend que deux des nôtres ne seront pas présentés. Le cheval de Karim qu’on avait vu fatigué à l’arrivée mais surtout notre meilleure cartouche Utrillo du Halage qui s’était fait une petite plaie au grasset mais la suture est trop douloureuse pour défendre sa huitième position. On compatit pour Jean Lou qui aujourd’hui a le même moral que Jean et Arnaud… pas bien haut. Reste Alexis et Maxime…. à une dizaine de points de la tête. A ce niveau tout est possible.

Pau après cross

Belle journée de cross. Laura et London 52 sont restées en tête malgré une brève inquiétude pour un fanion sur le second gué. Burton qui était second a fait les frais du n°14 une combinaison oxer pointe qui a fait l’essentiel des fautes aujourd’hui alors qu’elle s’était très bien passée l’année dernière. Piggy French qui venait pour la première fois à Pau est en seconde position avec Brookfield Inocent qu’elle considère comme le meilleur qu’elle ait jamais monté. Tim Price est troisième avec Wesko dans la même barre que les deux anglaises après avoir fait une démonstration d’équitation. Assurément le plus beau tour de la journée et uns des plus réussis de l’histoire. Du beau également chez nos Français avec un Jean Lou qui avoue avoir besogné avec l’équilibre d’Utrillo mais qui va s’endormir ce soir avec des rèves de podium Très beau tour aussi d’Alexis Goury qui hisse son petit trompe l’œil dans le top ten provisoire. Ceux qui cherche un tuto sur l’art d’aborder les obstacles de cross pourraont toujours se repasser le cross de Maxime 12ème pour le moment. Au final ce cross aura été un des plus accessibles avec 6 fois plus de maxi que la moyenne à Pau. Demain Laura vendra cher sa place mais si elle doit la céder, elle souhaite que ce soit au profit de Wesko tellement elle kiffe ce cheval. Nous aussi.

Pau after dress

Ho bien sûr ils sont loin nos petits frenchies mais le réservoir qualitatif et quantitatif est loin de ce que présentent les anglo-saxons. Personne n’a à rougir de son score. La principale voire la seule déconvenue vient de Jean Teulère qui aurait peu obtenir mieux de Voila d’Auzay et la vraie satisfaction vient de Jean Lou Bigot meilleur et seul bleu au-dessus de 70% avec Utrillo du Halage à la 21ème place. Le potentiel pressenti à l’aube des Europe 2019 commence à s’exprimer. Il faut dire que contrairement à ce qu’on a vu au Lion d’Angers les juges n’ont pas été avares en points et qu’en plus le niveau produit a été très haut. On a là, une bonne partie de l’élite mondiale qui a performé comme attendu : de top couples très expérimentés, de tops cavaliers tirant le mieux de chevaux qui seront plus à leur aise sur la galopade demain. Le cross qui s’annonce semble accessible mais reste l’inconnu de la tenue sur la distance. Ce que dit Laura, leader devant les juges : "Je suis très heureuse de mes deux chevaux ! London 52 est ici sur son premier CCI5*.  Il était un peu nerveux en entrant en piste mais il s'est bien concentré ensuite durant toute la reprise ! Bien sûr, la compétition n'est pas jouée et le cross demain bousculera sans doute le classement mais j'ai confiance dans mes chevaux. Mr Bass est expérimenté à ce niveau de compétition et est un très bon cheval de cross. Si London est moins expérimenté, il est en très bonne forme ce week-end et j'ai vraiment hâte de voir son comportement demain ! Nous avons beaucoup de chance d'être ici ce week-end et je suis très heureuse de pouvoir concourir avec ces deux chevaux exceptionnels ".
Petit mot de Michel : "Guillaume et Barbara assurent depuis bien longtemps les commentaires et analyses de notre beau sport ou on prit en charge cette tache. Je voulais ce soir souligner mon amitié et mon admiration devant l'acharnement avec lequel Pascal Sayous a défendu le maintient de cette épreuve. Oui, il a parfois mauvais caractère, mais il a aussi celui de ne jamais laisser les attelages dans le gué. Et bon courage Pascal pour les étoiles de 2021. " Michel

Le Lion suite et fin

Tom McEven n’aura pas remporté les 6 ans qu’il dominait depuis le dressage. Deux barres et la huitième place. C’est donc Ingrig Klimke qui s’impose. Un peu surcotée au dressage, pas très inspirée au CSO… mais on aime cette grande championne. Cooley Rosalent second sous la selle d’Oly Townend d’un cheval à suivre. Karim et Embrun sont les derniers du classement à la huitième place. Stéphanie Werthmann qui avait négocié le retrait de son refus sur le cross termine 17ème dix place devant Didier Dhennin.
Dans les 7 ans, Sophie Leube a fait entendre pour la seconde fois l’hymne allemand.  Une belle victoire pleine d’émotions pour cette jeune cavalière et son tout bon Sweetwaters Ziethen. Le reste du podium est tricolore avec des chevaux d’avenir, celui de Donatien devant celui de Nico à 4 points mais ça aurait pu être pire. On y croit à ceux-là tout comme à Dame Decoeur Tardonne la partenaire de Camille Lejeune qui a fait très forte impression sur le cross. On l’avait mal jugé à 6 ans, la pauvre avait fait son mondial avec une piro. Karim et Tom font une belle remontée pour intégrer les top ten mais ce n’est qu’un maigre consolation pour ce dernier qui a raté son mondial même si ses protégés n’ont pas démérités. Ce n’est que partie remise. 

Mise au point

A la remise des prix Nicolas, en tant que représentant des cavaliers a tenu à remercier l’organisation du Mondial pour cette édition parfaite malgré les conditions hors norme. Il a aussi fait une mise au point sur l’article paru dans Ouest France puis sur tous les médias et réseaux. Nous l’avons assuré de notre soutien à la foi sur l’analyse pertinente de la situation et sur la dénonciation d’un coup de pute d’un petit scribouillard qui lui a fait du tort en trahissant du « off ».

Le Lion, débriefing avec l'entraineur

 

Les bleus dans la tourmente

Pages