DU bronze et un ticket pour Tokyo

Catégorie:

Seize ans que la France n’avait pas eu de médaille mondiale. Il a fallu ces rocambolesques jeux de Tryon, peut-être les derniers JEM de l’histoire, pour renverser la vapeur. « On a remis les pendules à l’heure » dit Thierry. Echaudés par l’expérience caennaise l’objectif était avant la qualification olympique ce qui a conduit à une stratégie peut-être plus prudente qu’à l’accoutumé. C’est fait. La présence de tous les Français dans le classement et la médaille de bronze sont la cerise sur le gâteau. Un cerise qui a un gout exquis !
Le CSO a été très équilibré et a vraiment joué son rôle. Sur les 70 concurrents il y a eu 19 sans-faute dont 16 dans le temps. C’est surtout en fin de tour que les fautes ont eu lieu. C’est la sortie de double qui est le plus tombée. Quand Donatien a ouvert le score vierge pour l’équipe avec la valeureuse petite Pivoine, comme Karim l’avait fait à Rio, la France du complet dans les tribunes ou devant l’écran s’est mise à rêver. Il ne fallait que des sans faute pour l’argent par équipe. C’était donc râpé après que la touchette de Trésor au milieu du triple. Restait à assurer le bronze ce qu’a joliment fait Maxime. Thibaut, lui devait surtout assurer le sans faute pour un podium individuel. Dommage cette georgette sur le vertical n°4.
Ces mondiaux auront été le triomphe des Anglais et de leurs frères ennemis Irlandais à l’image de Ros Canter double médaillée d’or et Padraig Mc Carthy double médaillé d’argent. C’est un retour en force qui remonte à très loin pour les Irlandais et Sam Watson devait y penser sur le podium puisque la dernière médaille de l’Eire avait été conquise par son père 1978 ! Parallèlement on a assisté à la déroute de l’Allemagne, leader après le dressage, à nouveau leader après le cross et qui doit se contenter du bronze individuel Ingrid ayant fait chuter l’ultime obstacle du tour. Les kiwis, les aussies ont été encore plus malheureux et se consolent une qualification olympique ce qui n’est pas le cas des Américains à domicile ou des Suédois. L’honneur Australiens a quand même été sauvé par Andrew Hoy avec Vasilly l’ancien partenaire de Tom Carlile.  Il ont fait un si beau championnat qu’on s’étonne presque qu’il ne soient que 4ème .  Au pied du podium également les Japonais dégagés de l’objectif de qualification en tant que nation organisatrice ont impressionné par leur maitrise.
Au final, on reste quand même triste pour Astier. De la bande de copains, il est le seul à revenir bredouille. Sans sa barre, il était vice-champion de Monde comme il est vice-champion Olympique. Ça aurait eu une classe folle. En guise de consolation, il aura fait le plus beau cross de ces championnats du Monde (c’est le jury qui l’a dit) avec un cheval assurément d’avenir.

 

Étiquettes: