Karim Laghouag : « Nous allons nous battre pour l’équipe de France » (CP)

Catégorie:

Après les récents forfaits de Qing du Briot*IFCE, la monture de Thibaut Vallette, et Birmane, celle de Thomas Carlile, Karim Laghouag et Triton Fontaine, sont entrés dans l'équipe de France de concours complet pour disputer les Jeux olympiques de Tokyo. Ils défendront les chances tricolores aux côtés de Christopher Six / Totem de Brecey et Nicolas Touzaint / Absolut Gold*HDC.
Initialement déclaré 5e couple puis réserviste, le cavalier d’Eure-et-Loir compte bien mettre à profit son expérience acquise à Rio en 2016, après avoir contribué à décrocher l’or par équipe avec son partenaire et ami de l’époque, Entebbe de Hus. « Avoir eu la place d’outsider au début a été un avantage car je ne me suis pas mis la pression. J’ai préparé Triton comme si j’allais faire le voyage. J’avais dit à Thierry Touzaint (le sélectionneur national) que j’étais à la disposition de l’équipe de France mais j’espérais qu’il n’ait pas besoin de moi car il y avait des couples très performants au moment de la sélection. Être dans l’équipe est à la fois une joie et une fierté mais cela m’attriste aussi pour Thibaut (Vallette) et Thomas (Carlile) », explique Karim Laghouag, avant d’ajouter : « Ces Jeux sont très particuliers pour moi. J’ai perdu mon cheval olympique, Entebbe de Hus, en 2018. Grâce à mon entourage, nous avons pu acquérir Triton, un cheval extraordinaire, mais avec lequel il aura fallu beaucoup de temps pour construire notre duo. Et c’est aujourd’hui avec lui que je cours ma deuxième olympiade. » (à lire dans la suite)


Triton Fontaine (propriété de Philippe Lemoine, Guy Bessat, SARL Ecuries K. Laghouag et Camille Laffite) est un hongre selle français de 14 ans, né chez Michel Pelissier, à quelques kilomètres des écuries du cavalier. Un heureux hasard. « Quand nous l’avons acheté, Triton concourait au niveau 3 étoiles avec un cavalier amateur. Il montrait déjà des aptitudes pour le haut niveau, j’avais bon espoir que nous pourrions évoluer ensemble. Nous avons tout de suite eu une relation fusionnelle mais le passage du niveau 4 étoiles à 5 étoiles a été plus compliqué que prévu. Les résultats étant irréguliers au début, j’ai décidé de le redescendre en 2 étoiles et de prendre mon temps pour mieux le connaitre. Cela a marché, on s’est liés d’amitié et on se fait confiance », confie Karim.

Et quand il s’agit de parler de son partenaire, le cavalier français ne tarit pas d’éloges. « Triton est un super cheval qui a beaucoup d’énergie. On sait qu’il est très rapide sur le cross, que c’est un bon cheval d’obstacles et qu’il en a suffisamment sous le pied en dressage pour être un bon coéquipier. Il est doté d’une grande résistance physique, il est volontaire, puissant et surtout, il est toujours d’accord pour faire. Nous allons nous battre pour cette équipe de France et aussi pour Thibaut et Thomas qui nous soutiennent. Je suis porté par tous ces sentiments », indique le cavalier.

« Karim a fait toute la préparation à fond. Je sais qu’il va tout donner pour l’équipe. Il nous a déjà prouvé par le passé qu’il était un équipier exceptionnel », déclare Michel Asseray, DTN adjoint pour le concours complet avant de laisser conclure le sélectionneur national Thierry Touzaint : « Aux Jeux olympiques, la performance sportive ne suffit pas pour décrocher une médaille. La santé et la bonne condition physique des chevaux, le mental d’acier des cavaliers, l'expérience des couples sont aussi des paramètres qui comptent. Nous avons ici une équipe de France qui réunit tous ces critères. »