Pompadour 3

Catégorie:

La page de Pompadour est déjà tournée et malgré une organisation un peu chaotique on  se réjouit d’y revoir le master Pro. C’est tôt dans la saison mais c’est toujours le couple en forme qui y est consacré. La règle a été confirmée cette fois-ci avec un Qing du Briot au top encore plus stable dans son attitude sur le plat, une mécanique bien huilée sous le capot et la magie qui fait la complicité des vieux couples. Ils peuvent espérer être à nouveau sur un podium européen cet été en Allemagne. Sinon, la révélation du week-end c’est Elvis. Le KWPN de Julien Guillot, vétérinaire de son état, avait déjà été remarqué au Pouget la saison dernière et à Lamotte cette année mais là le couple a éclaté au grand jour. Ce cheval est phénoménal dans les trois tests et ce n’est qu’une petite faute que plus d’expérience aurait gommée sur l’ultime obstacle du CSO qui les prive de podium. Ce sont Christopher Six et Totem de Brecey qui sont vice-champions de France mais absents du podium du Grand National faute d’équipe. Pas mal pour ceux qui étaient champions Pro 1 en titre et qui ce week-end ont cédé la place à un Remi Pillot aux anges. Quoriano complète le podium. Avec lui c’est un coup oui, un coup non et quand c’est oui c’est vraiment propre. Arnaud peut être satisfait de son concours d’autant que ses chevaux des Pro2 et Pro1 ont été exemplaires. Après des saisons de « petits jeunes qui montent » on pourrait en avoir de « vieux qui reviennent ». Ce pourrait être le cas d’un Jean Lou dont la qualité des chevaux n’a d’égal que la motivation. Prochaine étapes, Le Lion, course plate et dernière chance pour les nombreux qui sont encore à l’infirmerie de faire leur apparition. Pour certains c’est en bonne voie puisqu’on a vu le Prince de Gwen faire le cochon d’inde du dressage à Pompadour. En vue de l’échéance Européenne, mon petit doigt me dit qu’on aura une très bonne idée de la sélection avec ceux qui iront courir le 4* de Luhmühlen à la mi-juin (j’ai bien dit 4*).

Étiquettes: