Saturday night fever

Catégorie:

Il y a de quoi se réjouir après ce cross qui a permis une belle remontada des bleus. Mais c’est un sentiment mitigé au réveil de cette très courte nuit. D’abord Jet Set a dû être euthanasié. C’est un drame pour Robin Godel, nos amis suisses et toute la famille du complet. Ensuite les pauvres Thaï chargés d’ouvrir ce cross et dont aucun ne l’a terminé, vraiment dur pour le pays du sourire et son staff  tricolore. Triste enfin pour Michael Jung. Elle aurait été si belle l’histoire du triple champion olympique. Tout ça à cause d’un MIM. Les MIM rouges sont un élément indéniable de sécurité et il est difficile d’être d’accord avec ceux qui disent que ce n’est plus du complet, mais les MIM jaunes deux fois plus sensibles comme sur cette satanée pointe n°14 transforment clairement le cross en derby.

Bon il reste que nous avons fait un bond de géant dans le classement et que quoi qu’il arrive les anglais ont dominé les débats de la tête et des épaules. (analyse et interviews dans la suite)


Laura et London 52 sont les auteurs du plus beau cross de la journée avec une aisance bluffante. Si la britannique avait mieux géré sa détente de dressage elle était quasiment assurée du titre  olympique ; alors que là elle aura fort à faire avec Julia Krajewski et Oli Townend devant elle. L’Allemande sauve l’honneur de son pays après un cross qui nous a encore régalés de la belle galopade d’Amande de Bneville. C’est quasiment leur seule chance de médaille germanique après les 11 points de Michi et le dérobé de Sandra – à nouveau une trajectoire pourrie dans l’eau, on va finir par appeler ça une Auffartette. Kazuma Tomoto quant à lui lui sauve l’honneur à domicile après un beau cross de Vinci de la Vigne et une cinquième place individuelle au provisoire. Il n’a plus d’équipe tout comme la Suisse, le Brésil, la Pologne, la Suède et la Thaïlande (avec le nouveau règlement les équipes restent néanmoins classées avec 200 points par couple perdu) . Ce sont les Australiens qui sont désormais seconds à plus de 4 barres de la tête. Très beau cross du vétéran Hoy avec Vassilly. Très aidé il faut le dire par une longue période d’arrêt rafraichissante. Ce détail qui n’en est pas un pourrait bien changer la face du podium par équipe. La France est désormais dans le bronze soit un bond de 6 places. Elle n’a concédé que deux point sur le cross (1 seule seconde pour Nicolas et 5 pour Christo qui a pris une option) sans lesquelles les bleus seraient seconds. Le job est fait. Totem est arrivé bien fatigué, il faut maintenant récupérer. Nico a fait un top cross et cette seconde de trop ne coute –pour le moment – rien à son classement individuel ni par équipes. Karim s’est à nouveau transcendé pour le drapeau tricolore. C’est vraiment son concours et ce n’est probablement pas fini. En individuel ils sont respectivement 8ème, 13ème et 11ème entre 2 et 3 barres de la tête. Nos compatriotes n’ont qu’une barre d’avance sur les kiwis qui ont été un peu ternes sur ce concours ce n’est Tim Price au pied du podium avec Vitali son petit cheval noir, on aurait cru revoir Charisma.
A l’approche du CSO chaque équipe dispose d’une avance sur sa poursuivante de :
Grande Bretagne : 4 barres
Australie : 0 barre
France : 1 barre
Nouvelle Zélande : 1 barre
États-Unis : 1 barre
Entre la seconde place Australienne et la sixième place Allemande il n’y a que 3 barres !!
Tout reste possible. Ceux qui ont trouvé le cross stressant feraient bien de prendre du valium pour le CSO.
Malgré les rebondissements Avec 8 MIM, 10 éliminations, 13 refus le cross n’a pas été si sélectif que cela et avec 9 couples maxis, on est au triple de ce qui était prédit. C’est celui qui s’oriente vers une double médaille d’or pour sa première participation, alias Oli le numéro 1 mondial qui parle le mieux de ce cross "Je pense que la performance était sans pareille de tous les couples britanniques. Le parcours était à peu près comme nous l'avions prévu – un travail acharné dès le départ.  C'était assez désorientant pour les chevaux, ils ne savaient pas trop quand ils avaient fini. Lorsque j'ai ralenti Ballaghmor avant le contrebas n°16, il pensait qu'il avait terminé et à nouveau en passant devant les tentes pour aller vers le n°18, il a commencé à ralentir. Il n'était pas physiquement fatigué, mais mentalement, c'est fatiguant et déroutant de monter et descendre la même piste encore et encore. »

 

Nos bleux ont dit :
Christopher Six / Totem de Brecey : « Le cross s’est bien passé, Totem était super présent et en avance partout. J’ai perdu un peu de temps à la fin car il a demandé à souffler un peu juste avant d’arriver au coffin (obstacle n°18) et également en sortie du dernier gué (obstacle n°20). Je l’ai laissé respirer et c’est là que j’ai perdu quelques secondes. Totem est un cheval qui est super franc, super courageux. Même sur le premier gué qui arrivait en début de parcours (obstacle n°4), il ne s’est pas retenu, il a été fantastique. Je suis super content d’autant que je partais en ouvreur et j’avais peu d’informations sur la façon dont se déroulait le parcours pour les autres concurrents. Thierry m’avait demandé d’optionner sur le coffin parce qu’il ne voulait pas qu’on prenne le risque de faire tomber un mims (11 points de pénalités). Cette option m’a fait perdre 5 secondes que j’ai pratiquement gardées à la fin. Le but c’était de jouer l’équipe, il ne fallait pas prendre de risque. »
En vue de l’épreuve de saut d’obstacles : « Demain, c’est sans faute ! »

Nicolas Touzaint / Absolut Gold*HDC : « Je suis très content d’Absolut. C’est un bon cheval de cross mais là, ce sont les Jeux olympiques, il y a beaucoup de pression et des conditions météorologiques pas faciles non plus. J’ai pris une seconde de temps dépassé (0,40 points de pénalités), c’est ma faute. Je n’ai pas voulu partir trop vite car je voulais bien le laisser respirer au départ pour aller plus vite à la fin. C’était vraiment un super parcours et Absolut a confirmé ce que l’on pensait déjà de lui : c’est un cheval exceptionnel. »
En vue de l’épreuve de saut d’obstacles : « Tout est possible ! »

Karim Laghouag / Triton Fontaine : « Je suis ravi ! Triton a tout compris, à chaque moment, du début à la fin. Comme Thierry (Touzaint) me l’avait conseillé, j’ai pris du temps au début et j’ai pu finir avec un cheval qui avait encore beaucoup d’énergie. Je suis vraiment content et d’autant plus, que courir pour l’équipe c’est vraiment mon truc. Triton est de mieux en mieux au fur et à mesure des compétitions, c’est vraiment un champion ! J’avais dit hier que je ferais tout pour l’équipe de France et aussi pour Thibaut (Vallette) et Thomas (Carlile), c’est aujourd’hui chose faite. »
En vue de l’épreuve de saut d’obstacles : « Thierry (Touzaint) m’avait dit que si j’étais maxi sur le cross on pouvait prétendre au podium. Les cartes sont maintenant rebattues. Triton est un bon cheval d’obstacles, on n’a plus qu’à continuer sur cette lancée. »

Thierry Touzaint, sélectionneur national de l’équipe de France de concours complet :
« C’est plutôt une bonne journée. Nous aurions été déçus du contraire. On avait des chevaux hyper préparés, très affûtés, pour cette épreuve de fond et des cavaliers confirmés. On ne fait jamais preuve d’optimisme avant une épreuve mais j’avoue qu’on le sentait assez bien ce cross. Ce qui, entre autres, fait la renommée du complet français, c’est de savoir remonter dans le classement grâce au cross. Une fois de plus, on vient de le prouver. »
Concernant la sélection des couples pour l’ordre de passage : « J’avais choisi Christopher (Six) en ouvreur car je craignais que Totem soit un peu plus gêné que les autres par la chaleur. Il a bien rempli son contrat. Nicolas (Touzaint) s’est fait prendre par une petite seconde. C’est une petite erreur de jugement de sa part car le cheval pouvait largement être dans le maxi. Il s’en veut car il sait que c’était tout à fait jouable pour lui. J’avais mis Karim (Laghouag) en n°3 car c’est un cavalier qui a du savoir-faire et de la maîtrise quand il est question d’assurer un parcours. Je suis vraiment fier de nos cavaliers Français. »
En vue de l’épreuve de saut d’obstacles : « Pour demain, il va falloir faire une bonne détente pour essayer qu’ils soient sans-faute. Nos 3 chevaux sont de bons chevaux de saut. On est sur le podium à l’issue du cross, ce serait bien d’y rester. On croise les doigts. »

Michel Asseray, DTN adjoint au concours complet :
« On savoure ce qui a été réalisé lors de cette épreuve de fond. Au-delà de la performance ou de la remontée du classement, nous avons assisté à une belle équitation de la part de nos couples, et cela n’est pas dû au hasard. Pour courir le cross aujourd’hui, nous avons fait 5 reconnaissances de parcours sous le soleil depuis 5 jours. La préparation des chevaux que nous avons effectuée lors du stage fédéral à St Martin de Bréhal (50) a une nouvelle fois portée ses fruits. Que ce soit pour les Mondiaux de Tryon (2018) ou pour Tokyo, la recette « Touzaint » fonctionne quand il s’agit d’optimiser la condition physique des chevaux. »
En vue de l’épreuve de saut d’obstacles : « On ne va rien lâcher ! »