Uzès, un complet qui gagne à être connu !

Catégorie:

Après les annulations en cascade, c'est le cas de le dire, les complets commencent à être denrée rare à l'est du massif central. Les solutions ne sont pas non plus légions et l'une d'entre elles consiste à enquiller les kilomètres (et un Redbull) et mettre le cap au sud pour tenter d'y trouver le soleil.

Avec plusieurs échos franchement favorables et un premier contact téléphonique très avenant avec l'organisation, c'est donc Uzès qui a remplacé Sandrans sur le carnet de route de cet humide début de saison 2013.

Grand bien nous en a pris, malgré le ciel de plus en plus noir au fur et à mesure que la latitude décroissait sur le GPS. Arrivé sur place, météofrance indiquait pluie avec vent 30 km/h et rafales 75 km/h. A mon humble avis, les chiffres étaient inversés, nous étions plutôt sur un vent de 75 km/h avec de temps à autre, mais pas trop souvent, une petite accalmie à 30 km/h...

Bref, tant qu'à avoir fait 300 km autant faire du dressage, même sous la pluie... I'm dressing in the rain, just dressing in the rain !

Les choses se sont compliqués quand le vent est devenu carrément tempétueux en fin de matinée, la carrière dégorgeant une véritable rivière, l'eau ressortant par les grilles d'évacuations en contrebas, bref, un vrai temps de concours comme on les aime ! Les dressage étaient terminé, mais le CSO allait devenir vraiment problématique, je ne parle même pas du cross qui, dans mon esprit de Rhône-Alpins était déjà plié pour au moins une semaine.

L'organisation a alors fait preuve d'une intelligente réactivité en annonçant par la voix de Philippe Bonnet, le report sine die des épreuves d'hippique au dimanche matin 8h30. Le retour au calme d'Eole et le triomphe d'Hélios étant prévu pour la fin de journée de ce samedi dantesque. Quelque peu dubitatif sur l'état des terrains le lendemain avec les tonnes d'eau reçues en quelques heures, c'est avec circonspection que nous avons tout de même décidé de rester sur les bons conseils des locaux.

Une nuit calme et sèche plus tard, c'est avec bonheur que nous avons découvert la qualité de la carrière de CSO arborée du Haras National d'Uzès, parfaitement parfaite sans une seule flaque et répondant très bien sous les sabots des chevaux. Tout le monde s'est à peu près mis en bon ordre pour passer au plus vite l'hippique des six épreuves au programme afin de permettre de démarrer le cross dès 12h30.

Cross dont le sol restait notre plus grosse interrogation. Là encore, très bonne surprise, 95 % du terrain tenant parfaitement, les 5 % restant étant supprimés ou déplacés par la chef de piste afin de rester dans des conditions optimales de sécurité pour tout le monde. Avec un sous sol plutôt sableux, la quasi totalité de l'eau de la veille était évacué en douze heures, là où elle aurait stagné une semaine dans une terre argileuse.

Un grand coup de chapeau donc pour l'organisation qui ne s'est pas laissée démonter par une météo catastrophique pendant une dizaine d'heures le samedi afin d'offrir un concours tout ce qu'il y a de plus honnête dans le cadre magnifique du Haras National d'Uzès avec des épreuves jeunes chevaux et amateurs bien construites, toujours massives, comme on aime. Vous voulez quand même un bémol ? Il n'y avait plus de sandwichs à la buvette le dimanche à 13h30. Bon, on a quand même survécu et c'est Ronald qui aura gagné des sous, j'aurai juste préféré les donner à l'organisation.

Un autre Redbull pour le retour et c'est au final un bon week-end de CCE qui s'est achevé, en surlignant sur le carnet de route Uzès, y revenir !

Étiquettes: