Les articles

Onglets principaux

Le premier inter de Vernantes

Du beau monde et une réussite annoncée pour cette première au Spring Garden Saumurois.
Les résulatats sont à suivre ICI

Le cheval était sa passion !

C’est peu après l’extinction des projecteurs de Pau 2019 qu’un ami, véritable homme de cheval, cavalier, éleveur, avec le célèbre affix ‘Or, a cessé son combat contre l’impitoyable crabe.

Renaud de Laurière est décédé cette nuit.

Avec toute notre affection Marie Christine, on t’embrasse très fort.
 

McEwen s'impose à Pau

En ce jour de CSO, il fallait revenir sur le cross et ses affres. On apprenait avec tristesse qu’Archie Rocks le cheval de Félix Vogg qui avait chuté dans le gué  souffrait d’une fracture de l’épaule et qu’il avait été décidé de l’endormir définitivement.  Une triste fin pour e cheval qui était emblématique d’une reconversion réussie depuis le monde des courses.  Beaucoup d’émoi aussi et de débats après la mésaventure de Jack Pinkney qui a fait son mea-culpa sur sa page facebook. A ce niveau cela reste une faute professionnelle inexcusable mais compréhensible dans le feu de l’action. On ne peut pas en dire autant de ceux qui l’ont laissé continuer. La FEI appréciera. Séquelles du cross encore, Gemma Tattersall n’a présenté aucun de ses chevaux à l’ultime inspection.

Sur le grand terrain de Sers, le tour de CSO semblait clair mais il n’y a eu que 5 sans faute dans le temps. Les écarts étaient tels qu’il fallait souvent plus d’une barre pour bouger dans le classement.  C’est ce qui est arrivé à Alex Bragg : une faute de trop l’a fait sortir du podium au profit de Shane Rose qui empoche 15 000 € et amortit un peu son voyage depuis Sydney.  Burton lui aussi remonte d’une place après un tour magique d’aisance et de décontraction et malgré une petite barre.  Tom McEwen remporte finalement sans surprise ce 5* après 3 tests parfaits. Ce garçon talentueux, intelligent et posé impressionne de maturité à même pas 30 ans.  Son cheval  est tout simplement hors du commun. Le couple a tout d’un futur champion olympique. Bravo à lui, bravo à l’élevage de Kerser situé à 1h30 de route au nord de Pau et bravo à Annna la groom de Toledo.
Cocorico toujours il y a eu de belles choses dans le camp tricolore. Avec deux barres Rémi finit 23ème. Pas mal pour un junior de 60 ans. Régis et Vanda du Plessis ont initié le score vierge de belle façon tout comme Arnaud et Quoriano.  Juste trois secondes de temps dépassé pour Benjamin  qui a couru un super 5* sanctionné sur le cross par un saut trop généreux.  Voilà qui mériterait un retour à Badminton 10 ans après.  Malgré deux barres, mais ça aurait pu être beaucoup plus, Mathieu et Tzinga ont sécurisé leur neuvième place et meilleure performance tricolore. Bravo.
Enfin un grand merci aux meneurs Français qui eux aussi ont arboré le brassard orange en soutien à Thibault.
Quelques interviews dans las suite.

Pau d'après cross

A l’issue du cross, il manque un tiers des concurrents.  Quoi de plus normal en 5*, d’autant que le niveau était très hétérogène avec des couples très aguerris mélangés à quelques « puceaux ». Seuls 16 couples n’ont pas connu d’incident. Le cross très bien dosé a fait son travail, mais aussi la chaleur exceptionnelle. Pour certains ce n’était vraiment pas le jour, comme Ludwig Svennerstal qui avait fait le voyage avec trois chevaux pour tomber avec les deux premiers et abandonner au n°7 avec le dernier. Il y avait aussi ce trou inacceptable dans le dernier gué qui a valu trois chutes dont celle de Tim Price qui avait toutes les chances de placer à nouveau Wesko sur le podium palois (il était 3ème en 2015). Un seul maxi à mettre au crédit d’Alex Bragg et Zagreb, plus malin que les autres à dessiner le premier gué. Ils sont seconds dans la même barre que les leaders du dressage qui n’ont rajouté que 2 secondes à leur score. La victoire sera donc très probablement britannique cette année. Tom McEwen et Toldeo de Kerser étaient nos favoris pour les championnats d’Europe. Ils le restent pour Pau d’autant que ça fait longtemps que ce fils de Diamant de Semilly x Papillon Rouge n’a pas touché une barre. Burton complète le trio provisoire. Il a trouvé les limites de sa jument star des 4*-S mais qui n’a pas couru tant que ça en format long malgré sa belle victoire à Saumur l’an dernier. Là ce fut un peu plus laborieux pour Quality Purdey. Mais un Burto à la tache ça reste un modèle d’équitation infiniment plus agréable à regarder que certains à la monte plus charretière (Nous ne donnerons pas de nom pour ne pas vexer la famille Tattersall).
Du côté français, avec un déraillé sur la pointe n°18 Quoriano a douché les espoirs de son cavalier mais au moins il finit, ça reste mieux que l’an passé. Il y a quand même deux bleus dans le top ten avec des écarts de points dont nous n’avons plus l’habitude. Mathieu 9ème a  littéralement porté Tzinga d’Auzay jusqu’à la fin. Régis a choisi de prendre de nombreuses options pour terminer 10ème avec Tarastro à plus de 30 points de la tête. Il est également 17ème avec Vanda du Plessis. Benjamin et Rémi avec 20 points chacun sont en queue de peloton.
Pour terminer nous décernons un carton merdeux à Jack Piney. L’Anglais a cru pouvoir boucler un cross de 5* avec une rêne cassée et qui n’a pas pu éviter une palissade de 3 m de haut avec sa guide de 50 cm.  L’image de ce pauvre cheval s’emplafonnant ce mur et le cavalier piquer sa petite colère plutôt que de rattraper son cheval est déjà virale et délétère pour l’image du CCE. Même carton pour les officiels qui n’ont pas su l’arrêter alors que le problème était visibles de puis de longes minutes.

Quelques interviews à lire dans la suite.

Pau d'après dressage

Super Price reste sur sa lancée après sa victoire au Lion. En tête de la première journée  avec Ascona il rate de peu la place de leader du dressage avec Wesko puisque seul un juge lui a préféré TomMcEwen /Toledo de Keser.  Derière et à moins de 10 secondes on trouve du très lourd : Canter, Tattersall, Bullimore, Burtyon, Bragg. Ils ne sont pas venus que pour l’omelette aux cèpes. Dans ce contexte la maigre délégation française fait un peu grise mine. Arnaud et Quoriano qui ont raté leur trot moyen et leur dernier changement de pied sont les mieux placés à la quinzième place.
Citation de Tom McEwen : « Je suis très satisfait d’occuper la tête du classement provisoire après le dressage. J’ai senti que ma reprise était très fluide et je crois que c’est ce que les juges attendaient aujourd’hui. Il y a une très belle concurrence sur ce CCI 5*-L des 5 Etoiles de Pau. C’est donc avec grand plaisir que j'aborde le cross de demain. Je m’attendais à un parcours plus twisty, plus sinueux. Mais après l’avoir marché, je le trouve d’une façon générale plutôt fluide, avec certes de gros sauts. Je n’ai pas remarqué de difficultés spécifiques sur le parcours : il y a de gros obstacles un peu partout. Peut-être le premier gué, avec cinq sauts très rapprochés : c’est un peu comme si on faisait du spring garden à la maison, alors qu’il faut garder de l’énergie pour le reste du parcours. A la fin, il y a un très gros saut avec une belle pointe. Le dernier gué également peut être cité. Toledo est un très bon cheval français ! Le parcours est un peu tournant au début et à la fin, mais permet de  grandes  galopades  au milieu. Je pourrai alors gagner du temps. Toledo sait tout faire, donc je suis optimiste ».

Pau CCI *****, on commence demain !

Les meneurs sont déjà à la détente et tous les concurrents du complet sont arrivés.
Le temps un peu maussade aujourd'hui, mais la tendance est à la nette amélioration pour les prochains jours.
Demain, première inspection des chevaux et les premiers dressages.
Pour suivre tout Pau, téléchargez l'application 5etoilesdepau, vous aurez touttes les informations et toute la compétition en streaming.
Mon ami Guillaume, tu vas bien me manquer !!!
                                         

On revient sur le Lion

La décrépitude du terrain d’honneur, aura été un élément majeur de cette édition du Mondial. Le fait que les médias anglo-saxon parlent « bataille de la Somme » ou de « championnat de labour » est éloquent.  Un problème très localisé puisque le sol du cross a été très bon et la détente à quelques mètre de là est restée très correct. Refaite il y a plus de 10 ans et faute d’entretien adéquat la carrière a rendu l’âme sous l’assaut de la pluie et des sabots. Dès le premier jour, on a vu des chevaux perdre leur locomotion et certains quitter le rectangle comme s’ils avaient déjà fait la moitié du cross. Sans cet avatar le classement du dressage aurait été différent et il y aurait eu plus de sans faute (seulement 10 dans les 7 ans). Il y aurait eu aussi moins d’Anglais fâchés et d’Allemands ayant remis les chevaux dans le camion avant le CSO. Dans ce sport ça fait désordre. Malgré tout cela, on peut quand même parler de réussite sportive. Le cross a en effet fait tout ce qu’on attendait de lui, donnant un beau spectacle et sans bobo. Le tour des 7ans a clairement dessiné deux groupes mettant en avant les vrais galopeurs qui finissait frais et les autres cuits à point.

Au final les 6 ans ont été peu impactés par le mauvais terrain en dressant en premier et avec une proportion habituelle de sans-faute au CSO. Piggy French continue d’exploser le record de victoires internationales la même année : et de 15 !!! Elle dit avoir en Cooley Lancer un des meilleurs jeunes chevaux qu’elle n’ait jamais eus. Côté français, les tôliers du Lion ont tiré leur épingle.  Tom Carlile a en Dartagnan du Beliard un vrai bon ouvrier. Idem Demoiselle Platine au physique plus compliqué mais dont le couple avec Nico fonctionne déjà à merveille.

Dans les 7ans c’est le meilleur cheval du concours qui a été consacré. Certes on était comme le loup de Tex Avery devant le cheval de Tim Lips mais il a payé sa générosité puisqu’il n’était pas à la visite du lendemain. Happy Boy, le bien nommé petit bolide de Tim Price a tout bien fait, réalisant la plus belle remontée jamais vue au Mondial : 13ème, 8ème, 1er. Ça aurait pu être le grand William à une barre près. Quel bonheur de le revoir enfin en pleine procession de ses moyens et qui finit à une belle 4ème place. Le sort est conjuré et on en mesure l’importance à la tension qui animait le Britannique.  Pour finir, deux français dans le top 10 ne sont pas à bouder. On oubliera donc vite la bouillasse d’autant qu’active et réactive l’équipe du Mondial a déjà décidé de s’atteler à la réfection du terrain d’honneur.

Mondial du Lion : Un final pas facile

 

Malgré la pluie du dimanche, le public était bien présent pour le dénouement de ce Mondial du Lion 2019. Suspense garanti jusqu'au bout de la compétition qui aura réuni près de 30 000 spectateurs. Au final, Piggy French et Tim Price s'imposent respectivement chez les 6 et 7 ans.

Deuxième l'an dernier dans les 6 ans, Piggy French grimpe sur la plus haute marche du podium cette année ! Elle s'impose avec Cooley Lancer devant le français Thomas Carlile qui remonte de 4 places avec son étalon Dartagnan de Béliard. En tête jusqu'au saut d'obstacle, la norvégienne Yasmin Nathalie Sanderson termine à la 3e place avec Inchello DHI. On notera également la très belle performance de Nicolas Touzaint et sa Demoiselle Platine HDC, 4e de ce championnat.

Chez les 7 ans, une barre est fatale à Tom McEwen qui termine 3e de ce championnat. 7e après le cross, c'est finalement Tim Price qui s'impose devant l'américaine Elisabeth Halliday-Sharp qui fait une remontée fulgurante, de la 13e à la seconde place ! Thomas Carlile est le meilleur français à la 5e place.

Communiqué @Mondial du Lion - Photos @equimedias.com

Le Lion, cross

Un peu moins de monde que d’habitude cette année pour la journée de cross du Mondial avec « seulement » 20000 spectateurs. La faute au temps annoncé, il a pourtant fait beau et le terrain a bien tenu. Les absents ont eu tort car il y a eu du beau sport.
Dans les 6 ans, les 6 premiers sont restés dans le même ordre, et aucun d’eux n’a d’avance pour le CSO. La jeune anglo-norvégienne reste donc en tête. Thomas et Dartagnan du Beliard reste 6ème et Nicolas a gagné deux places avec Demoiselle Platine HDC, désormais 8ème à 4,7 points de la tête après un tour facile.  Très peu d’incident et beaucoup de maxi c’est la nouvelle norme nécessaire pour cette génération. Dame Decoeur Tardonn la partenaire de Camille Lejeune fait partie des rares pénalisés à 20 points. C’était sur le pigeonnier en fin de tour.

Il en fut autrement dans les 7 ans. Même si a plupart a terminé (seulement 3 abandon et autant d’éliminations) dont ¼ de maxis. Beaucoup de chevaux sont arrivés fatigué physiquement et même mentalement comme l’indiquait  Oliver Townend.  L’Allemande en tête du dressage n’a perdu que 3,6 secondes et pourtant  9 places. On a donc maintenant  Tom McEwen  et son imposant ISH gris en position de favoris devant Burton et son Coup de Cœur Dedevin en passe d’améliorer leur classement de l’an passé (ils étaient 7 des 6 ans), Oli Townend qui a tiré tout le jus de Miss Cooley, Astier qui a encore fait du grand art transformant un cheval timide en début de tour en guerrier pile poil dans les 9’15’’ accordées. Tom et Cestuy La de L’Esques  sont également dans le top ten et Maxime / Clotaire de Ferivel sont eux aussi dans la barre de la victoire. Il va donc y avoir gros à jouer sur le CSO dont on ne sait pas trop dans quelle conditions ni même où il va se dérouler avec les intempéries annoncées.

Le Lion, fin du dressage

Comme lors de la première journée, les 6 ans ont pu profiter d’une piste correcte pour le dressage. Ce n’a pas été le cas de leurs ainés. Kai Meier en tête la première journée  s’est fait doubler tpois fois. En tête c’est désormais Incehllo DHI le KWPN de la Norvégienne Yasmin Nathalie Sanderson. Dartagagn du Beliard  réalise la meilleure performance tricolore sous la selle de Thomas Carlile 6ème à moins de 72% certains ont trouvé les juges un peu pingres. Le président du juger voit le couple en tête mais les autres ont peut-être  été réticents sur une attitude un peu contrainte pour un 6 ans. Les bleus passés le premier jour restent dans le top ten. Camille Lejeune / Dame Decoeur Tardonn et Nicolas Touzaint / Demoiselle Platine HDC sont respectivement à 3,2 et 4,7 points de la tête.

Pour le 7 ans, le classement ne reflète pas grand-chose vu le champ de patates défoncé dans lequel ils ont dû tenter de s’exprimer.  Une loterie d l’aveu même de la présidente du jury. Personne n’a réussi à détrôner l’Allemande Josephine Schnaufer et son Westphalien alezan. Un peu étonnée de se retrouver là elle est consciente d’avoir derrière elle et a pas plus d’un point McEwen, Burton et Townend rien que ça ! Elle sait aussi que le cross sera un test d’endurance et qu’il faudra en gardet sous le pied pour les enchainements technique de fin de tour. Les écarts sont si faibles que tout est possible : les 20 premiers sont à moins de 10 secondes ! On retrouve dans ce lot Astier Nicolas / Lumberton 6ème, Thomas Carlile / Cestuy La de L’Esques 17ème et Maxime Livio respectivement 14ème avec Casanova des Isles et 20ème avec Clotaire de Ferivel.

Pages