Les articles

Onglets principaux

Usine à gaz mode d'emploi

Parlons du cross olympique

Le dressage est achevé, place au cross sur lequel certains devront assurer leur classement et d’autre dont les français prendre des risques pour remonter. Personne n'a droit à l'erreur. Avec 4420 mètres nous sommes sur la distance la plus courte de l’histoire. A 570m/min cela met le maxi à 7’45’’. 23 obstacles et 36 efforts.

Le chrono va être décisif. Derek di Grazia le chef de piste compte sur 3 ou 4 maxis. Il y aussi les mims à 11 points. Il y en a partout, les rouges que l’on connait mais aussi de nouveau jaunes qui pètent deux fois plus facilement et qu’on trouve sur les pointes et plans inclinés. Et puis il y a enfin la météo avec 60% de chances de pluie annoncé. Beaucoup de difficultés et de dénivelé en début de cross avec 6 sauts dans la première minute. Le temps perdu-là ne sera pas rattrapable. Analyses et interviews dans la suite.

Dernier round de dressage

Le jour de son 39ème anniversaire Maître Michi a fait parler la poudre. Du brillant, de l’aisance, de la perfection technique. Avec  78,9% il bat le record de son pays sur une reprise olympique, et ce n’est pas un petit pays ! Rien ne semble pouvoir arrêter sa quête d’un troisième sacre olympique pour lequel nous allons manquer de superlatifs.  La performance permet à l’Allemagne de recoller à la Grande Bretagne qui collectivement est très au-dessus du lot même si chacun a raté sa reprise à des degrés divers. Les derniers à passer Tom Mc Ewen et Toledo de Kerser ont fait des fautes inhabituelles qui les sortent du top ten. Notons l’apparition dans ce haut du classement de Mr Price à la cinquième place après une reprise élégante et en progrès de Vitali. Un client sérieux pour le podium individuel et par équipe puisque le kiwis sont désormais dans le bronze potentiel. Notre dernier Français a fait le job. A part un changement de pied en deux temps Karim et Triton on fait un travail très propre. Malgré une petite locomotion c’est vraiment agréable à regarder une reprise quand le couple est si connecté. 26ème à 67,6 % on est dans les clous de l’objectif fixé par le staff. Ils font mieux que Nico et Absolut qui passent en seconde moitié de classement, dur. Christo et Totem sont désormais 13ème et ce sont finalement eux qui ont le moins exprimé leur potentiel… logique d’être plus exigent avec les meilleurs. Tout ça mis bout à bout donne la neuvième place à la nation tenante du titre. Ce n’est pas glorieux mais nous somme dans les mêmes points que les USA, la Chine, l’Australie qui sont prenable tout comme la Suède. On peut faire une remontada comme le confirme Michel Asseray.  « Pas d’inquiétude, on reste dans le jeu. Rien n’est joué, il nous faudrait un cross à la Aix la Chapelle où tout le monde prend entre 4 et 12 points de temps pour qu’on puisse lâcher les chevaux. C’est sûr qu’on va attaquer ». Et à entendre ça on a vraiment très hâte de voir nous bleus en mode guerrier Ninja. Rendez-vous à 0h45. Ils ne sont plus que 63 après le retrait de Katrin Khoddam-Hazrati et de Lara de Liedekerke.

Dressage olympique : deuxième round

Tout ce qui se produit dans le bac à sable du premier test de notre sport fait invariablement causer, gloser, râler. Quand  l’enjeu est olympique la chose est décuplée et il se dit tout et son contraire sur les réseaux sociaux. Pour résumer cette première journée de dressage à Tokyo, commençons par dire qu’il n’y a pas de scandale. Non les juges n’ont pas été trop généreux hier. Non ils n’ont pas été trop sévères aujourd’hui. Non il n’y a pas eu tant de surprises que cela et elles ne sont pas là où l’on croit. A l’issue de la seconde cession Oli Townend reste incontestablement en tête. La note de London 52 bien conforter la suprématie britannique.  Grande favorite Laura Collet n’a pourtant pas fait le test escompté, loin s’en faut. Une notation généreuse lui a permis d’atteindre la quatrième position et elle a fort bien sauvé les meubles aux dires de ceux qui ont assisté à sa détente difficile. Pire déconvenue encore plus prononcés chez les allemands  avec Viamant du Matz qui a complètement raté sa copie. Une 27ème place qui place les teutons en  5ème position mais se referont avec le petit chauve, c’est certain. Belle prestation de l’indien Fouaad Mirza 7ème à 28 points, un score finalement banal pour Seigneur Medicott quand il était sous la selle de Bettina Hoy.
Par équipe si les Anglais en pris le large les équipes qui suivent dont la nôtre, pour le moment 7ème,  sont dans un mouchoir de poche. Christo reste de justesse dans le top 10. Le fin mot de l’histoire est qu’il craignait un changement de pied inopportun. Du coup il a été un peu en dessous dans son équitation et les juges idem dans leur natation. Pour Nico il y a de quoi être déçu car le cheval a énormément progressé. Jusqu’au travail au pas Absolut avait 70 % et il aurait mérité d’y rester même avec son flying change pieds joints.  Ne pas avoir accordé à ce couple un seul 8 relève de la radinerie. 23ème sur 42 c’est un peu décevant pour les bleus qui du coup ajustent leur tactique pour viser le bronze et plus si affinité. Karim a pour mission d’atteindre les 69%. Tout peut arriver et on sent à distance une certaine fébrilité. Les substitutions Australienne et Irlandaises ont été gratuites en points, celles qui viendront et qui se chuchotent déjà dans les écuries vont couter très cher. Reste la spécificité du cross japonais, on en reparle très bientôt.

Premier round du dressage olympique

A l’issue de la première rotation de dressage, les couples olympiques sont à leurs place ou presque.  En toute logique Oli et Ballaghmor Class ont pris l’avantage à plus de 76%. Une reprise impeccable même si on pouvait reprocher un peu de contraction et une attitude parfois fermée.  Ils seront battu dans la suite du concours ça ne fait pas de doute.  Alex Hua Tian toujours à l’aise sur cet exercice avec Don Gerino suit de peu malgré un arrêt raté. Julia Krajewski et Amande le B’Neveille ferme le trio de tête après une belle reprise mais qui lui convient moins que la 4* qu’on l’avait vu dérouler à Saumur. Bien noté le local Kazuma Tomoto se retrouve 4ème avec un Vinci de la Vigne qui nous avait tant régalé à Tryon. Felix Vogg prend la 5ème place de ce classement provisoire grâce aux belles amplitudes de Colero. Viscera la jument borgne de la Suédoise Thérèse Viklund est 6ème.
C’est notre Christo qui ferme la marche des couples au-dessus de 70%, encore que deux des trois juges l’ont placé en dessous de ce seuil symbolique. Rien à jeter dans la reprise de Totem mais beaucoup de petites fautes qui ont fait perdre des demi-points par ci par là, à commencer par un maque de rectitude dès l’entrée, quelques dérapages dans les déplacements latéraux, un attitude un peu basse dans le reculer…  bref il manquait « le sel et le poivre » que voulait voir Serge Cornut. L’impression générale est néanmoins sauvée par un bel équilibre et de la précision notamment dans les changements de pied. Les chances de la France, évidement 7ème à ce stade de la compétition restent intactes on attend désormais Nico à 11h52.

Des chiffres

A l’approche du dressage on fait un petit tour chez Equiratings histoire de faire parler les statistiques en attendant que les chevaux les fassent mentir. Pas de secret : London 52, Chipmunk et Ballaghmor Class sont les favoris dans cet ordre pour le dressage et pourraient même rester tels quels sur le podium final. Le meilleur score devrait tourner autour des 78 % et donc ne pas entrer dans l’histoire des 10 meilleurs tests olympiques, le record étant toujours détenu par David O’Connor à Sydney un poil devant notre Nico national à Athènes. Si on se base sur les notes obtenues lors des dernières reprises à Vittel Christo et Totem à 28,8 pts devraient ne pas être loin du top ten de Tokyo ainsi que du top ten historique pour le bleus s’approchant du score obtenu par Ismène du Temple à Hong Kong. Réitérer. 29,8 pour Absolut Gold serait une bonne nouvelle pour l’équipe en espérant que Triton fasse mieux que 32,3. Début de réponse cette nuit. Faites chauffer le café.

Suivons les...

Starting order

L'odre de passage est annoncé pour les bleus. La stragtégie de Thierry Touzaint ne saute pas au yeux et c'est là semble-il qu'est le coup de "génie" comme cela se susurre au Japon. Pour les hexagonaux, il faudra mettre le réveil à 2h34.

Première visite véto

L’inspection des chevaux olympiques est achevée et les listes de départ ne devraient pas tarder. Les bleus ont été acceptés sans problème. Encore heureux, nous n’avons plus droit à l’erreur. Pour les autres deux changements notables : Jessica Phoenix qui n’a pas présenté Pavarotti blessé lors d’un galop. Le Canada n’avait pas d’équipe et il ne reste plus que Colleen Loach pour le représenter. Il n’y a donc plus que 64 couples dont une substitution pour la Pologne puisque Banderas n’a pas été accepté après un passage en prison. Pawel Spisak laisse sa place à Jan Kaminski et Jard qui avait déjà représenté leur pays aux Europe de Luhmühlen en 2019.

Karim Laghouag : « Nous allons nous battre pour l’équipe de France » (CP)

Après les récents forfaits de Qing du Briot*IFCE, la monture de Thibaut Vallette, et Birmane, celle de Thomas Carlile, Karim Laghouag et Triton Fontaine, sont entrés dans l'équipe de France de concours complet pour disputer les Jeux olympiques de Tokyo. Ils défendront les chances tricolores aux côtés de Christopher Six / Totem de Brecey et Nicolas Touzaint / Absolut Gold*HDC.
Initialement déclaré 5e couple puis réserviste, le cavalier d’Eure-et-Loir compte bien mettre à profit son expérience acquise à Rio en 2016, après avoir contribué à décrocher l’or par équipe avec son partenaire et ami de l’époque, Entebbe de Hus. « Avoir eu la place d’outsider au début a été un avantage car je ne me suis pas mis la pression. J’ai préparé Triton comme si j’allais faire le voyage. J’avais dit à Thierry Touzaint (le sélectionneur national) que j’étais à la disposition de l’équipe de France mais j’espérais qu’il n’ait pas besoin de moi car il y avait des couples très performants au moment de la sélection. Être dans l’équipe est à la fois une joie et une fierté mais cela m’attriste aussi pour Thibaut (Vallette) et Thomas (Carlile) », explique Karim Laghouag, avant d’ajouter : « Ces Jeux sont très particuliers pour moi. J’ai perdu mon cheval olympique, Entebbe de Hus, en 2018. Grâce à mon entourage, nous avons pu acquérir Triton, un cheval extraordinaire, mais avec lequel il aura fallu beaucoup de temps pour construire notre duo. Et c’est aujourd’hui avec lui que je cours ma deuxième olympiade. » (à lire dans la suite)

Pages