Les articles

Onglets principaux

Luhmühlen acte 2

Quel déluge ! L’eau tombée avant la journée du cross aurait poussé à l’abandon n’importe quelle organisation au Monde mais les allemands sont les champions toute catégories de l’organisation. L’intervention des pompiers et le décalage des horaires aura suffi à rendre le cross plus que courable pour les 33 partants. Exactement 2/3 ont été au bout comme la semaine dernière à Bramham, qu’ils sont forts ces chefs de piste ! Tim Price a pris la direction des opérations après un cross monté avec le brio dont il a le secret. Le kiwi a profité du retrait de Kazuma Tomoto après deux refus. Fait amusant, sa généreuse jument est née à coté de Luhmühlen. Tim n’a pas une barre d’avance et il n’est pas certain que le trophée allemand reste dans la famille Price puisque le challenger n’est autre que le très compétiteur Alex Bragg avec son bon Zagreb, un des quatre maxis de la journée. Sarah Bullimore est à plus d’une barre de la tête mais peut se réjouir d’avoir ses deux chevaux dans le top ten provisoire. Nos amazones ont été exemplaires. Clara et Ultramaille sont remontés en 14ème position après un cross très allant. Marie Caroline a subi un petit dérobé sur la première combi mais a été très précise sur la suite avec son brave Picasso qui n’y voit que d’un œil.
Dans le 4*, trois couples ne sont pas partis sur le cross dont Camille et Tahina. Les trois cavaliers du dressage sont restés dans le même ordre. Le petit cauve a juste interverti ses montures pour la troisième place. Sidney qui enchaîne les tours de travail écopait de 17,6 pts de pénalité avec Trésor. Stratégie opposée pour Alexis qui signait le premier maxi de la journée propulsant Trompe l'Oeil d’Emery de la 42ème à la 14ème place, comme Clara. Bravo les jeunes !

Adieu Tom

C’est avec une grande tristesse que nous apprenons le décès de Tom Ryckewaert. Cheville ouvrière de Waregem Tom était surtout connu pour ses talents de délégué technique, une fonction qu'il exerçait avec toutes ses qualités humaines. Une figure de la discipline disparait et nous manque déjà. Pensées à ses proches.

Luhmühlen acte 1

C’est presque le 4* short qui retient le plus l’attention. Support du championnat d’Allemagne sur le site des prochains championnats d’Europe l’épreuve est une vraie répétition générale et il y a eu du lourd. Ingrid Klimke et Asha P, les champion sen titre des 7 ans, ont peut être été les plus convaincants mais battus de 1/10 de point par Krajewski/Samourai du Thot exceptionnel au galop. Jung est sur le podium provisoire avec Creevagh Cooley, son nouveau jouet qui était défendait les couleurs suédoises chez les juniors l’an passé à Fontainebleau. Que des Allemand dans le top 10 mis à part le plus germanique des Japonais, Yoshiaki Oiwa qui avec un certain Bart L surpassait son mentor Dirk Schradde. Le fossé est énorme avec nos trois bleus venus en reconnaissance et pourtant ils n’ont pas démérité. Tahina est dans ses points obtenu à Belton mais n’est que 30ème. Trésor Mail et Trompe l’œil sont encore plus loin malgré une bonne impression générale au dernier changement de pied près.

Dans le 5*, du le soleil levant est également à l’honneur puisque c’est Kazuma Tomoto l’élève de William Fox Pitt qui tient la tête. On suivra nos deux amazones. Clara et Marie K sont en seconde partie de tableau et devraient remonter au classement mais la messe n’est pas dite. Mike Etherington Smith a semble-t-il corsé un peu les difficultés avec de quoi dérailler en fin de trou sur un maxi difficile.

Bramham en demi-teinte

En ajoutant à son score de dressage qu’une seule seconde de temps au CSO Kitty King remporte le 4*L de Bramham. Un peu une victoire française à la plus grande joie de Philippe Brivois naisseur de Vendredi Biats qui rappelait les débuts difficile du gris et la parfaite osmose avec la cavalière britannqiue. Peu d’autres sources de satisfaction chez les bleus. Si, Maxime Livio tire son épingle du jeu avec un cheval dans le top 10 (Vegas de Boursons) et un autre dans le top 20 (Vitorio du Pontet). Beaucoup ont fait les frais d’un cross qui comme dans les livres a pénalisé 33% des partants. Beaucoup de maxi (18) à l’image d’un Willy qui réalisait le temps malagré un refus. Beaucoup de Mim (10) la plupart sur le double de verticaux en N°15. C’est là qu’on début les ennuis d’Aurélie Gomez, qui avait si bien dressé, éliminée pour excès de refus.  Le coffin en a cueilli plus d’un. Que des vilains sauts qui ont poussé les cavaliers à chercher des solutions pas toujours heureuses. C’est là que Karim a préféré jeter l’éponge. Ce sera sans doute la déception du wee-end pour le sélectionneur qui souhaitait revenir d’Angleterre avec un couple qualifié de plus. Chez les moins de 25 ans Cathal avec son cheval médaillé Mondial étaient vraiment surclassé dans le palmarès et dans la manière. Il s’impose donc en toute logique. On n’a pas fini de parler de ce petit gars. Constance Copestake, régionale de l’étape finit 5ème et Barbara Sayous qui nous a gratifié d’un joli cross 8ème.

Hold-Up en Italie

Ha pratoni ! Tant de merveilleux évènement se sont déroulés sur ce fabuleux terrain. Cette année on retiendra hélas une pantalonnade de résultats avec le test du scoring olympique pour les équipes. Du grand n’importe quoi qui confirment les mauvaises impressions pressenties l’an dernier à Strzegom.

De coté de nos frenchies  partis en campagne romaine tout avait pourtant bien commencé. Benjamin Massié second du dressage avec Ungaro de Kreisker se retrouvait en tête après le cross. Véronique Real troisième du dressage avec Urfe de la Barbais perdait des place sur le cross à cause d’un fanion manqué mais restait dans la course. Ugo Provasi et Shad’Oc étaient remontés dans le top ten avant le CSO. Seule vraie déception, la séparation de corps entre Marie Bouchanville et Viv la Mariée sur le n°17. Au CSO la barre de Benjamin et Ungaro ont douché les espoirs de victoire individuelle. Reste une très belle seconde place et une performance par équipe mais celle-ci ne sera jamais reconnue. Avec les calculs de points classique, en additionnant les scores de trois Français, ont tombait sur un score de 155,5pts qui assurait une confortable victoire aux bleus devant la Suisse et l’Italie. Dans les faits, équipe de trois oblige le quatrième, en l’occurrence Véro, était individuelle-réserviste pouvait prendre la place d’un des trois autres en cas d’élimination moyennant une pénalité de 20 points. C’est ce qui s’est produit après l’élimination de Marie. Le problème c’est que ça ne s’arrête pas là. Avec ce nouveau règlement Marie aurait pu fait le CSO, donc on conserve le score du couple éliminé en rajoutant des pénalités pour les tests qu’il n’a pas couru (100 points pour le dressage et le CSO, 200 points pour le cross). Il est donc prévu dans cette règle inique que le score d’un couple puisse ne faire qu’un seul des trois tests… que reste-t-il de complet au concours ? Bref en ajoutant les score de Benjamin, de Ugo, de Marie + les 200 points parce qu’elle n’a pas fini le cross + les 20 points de la substitution, plus les 4 points qu’a fait Véro au CSO on tombe sur un total de 334,1 points. Un score qui coute non seulement la victoire mais qui sort du podium. Quelle modification de règlement augmente les pénalités de 215% pour la même performance sportive ? Bon courage aux journalistes non spécialisés qui devront faire comprendre cette usine à gaz aux spectateurs de Tokyo. On voudrait tuer le CCE qu’on ne s’y prendrait pas autrement, en tout cas l’esprit de la disipline en prend un sérieux coup dans l’aile.

Wiesbaden ERM

On oubliera vite l’étape allemande de l’ERM. Les non partants sur le cross dont J Krajewski qui était en tête après les deux premiers tests en ont tué l’intérêt. 11 partants sur le cross, 10 sans incident…
C’est finalement Michi Jung qui s’impose avec Star Connection qui empochent à nouveau les 57000€ après Jardy 2017. Encore une fois le plus rapide Chris Buton est second devant I Klimke / Hale Bob qui sont remonté au score après leur dressage phénoménal et leur 3 barres.

De Bramham à Pratoni

Gros week-end de complet 4* avec Pratoni et Bramham deux vraies références de la discipline et l’étape Allemande de l’ERM à Wiesbad

World Athlete Rankings

Ça y est Monsieur Price est N°1 Mondial avec une bonne avance sur Oliver Townend.

« Ça fait un  bout de temps que je le voulais. C’est parti d’un rêve, c’est devenu une motivation puis une réalité » a déclaré le Néozélandais. #ilssontmagiquesceskiwis
Un type bien et fort sympathique comme tous les processeurs de boxer. Bravo Tim.
Deux Français sont dans le Top 20 : Maxime juste 1 point devant Astier lui-même à égalité avec un certain Michael !

Saumur, acte 3

20 partants sur le CSO, 8 sans faute et quelques remaniements du classement mais Burton est resté en tête et décroche la timbale à Saumur pour la quatrième fois. Insolent de facilité avec l’Australien a fait un tour de hunter avec 2 grammes de tension dans le pelham. Polystar est définitivement son cheval et tête et son cheval de cœur. Parmi les 8 classés, il est le seul étranger apportant un lot de couples qualifiés pour les échéances à venir pour le grand soulagement de Thierry Touzaint et Michel Asseray à écouter dans la suite. Si Victor Levecque est sorti du podium pour une barre sur le n°2, on se doute qu’il ne part pas déçu d’une quatrième place sur son premier concours à ce niveau. La seule vraie déception, ce sont les deux fautes de Nicolas avec Absolute Gold qui le font rétrograder à la sixième place. Deuxième « Christopher » sur le podium, monsieur Six retrouvait sa place acquise au dressage après un joli sans faute. Et c’est finalement le Bigot local qui signait la meilleure performance française. Jean Lou veut garder la tête froide et continuer de prendre son temps avec un Utrillo mais le cavalier Saumurois est bel est bien de retour comme en témoigne sa victoire avec Aktion de Belheme dans le 3* long. Cette épreuve très asiatique a vu la victoire par équipe des Japonais. Ces derniers déjà qualifiés pour les JO en tant que pays hôte, ce sont la Chine et la Thaïlande qui ont décroché leur billet pour Tokyo. Notons que la Pologne s’est également qualifiée à domicile ce week-end.

Pages